Revêtement de sol : quel type de parquet choisir ?

Apportant du caractère à une pièce, le parquet est un élément essentiel de la décoration. Son choix est donc primordial pour assurer une harmonie d’ensemble avec les composants d’une pièce, des accessoires aux revêtements muraux. Quels sont les différents types de parquet et comment les choisir ? Quelles sont les finitions possibles ? Comment faire une bonne combinaison pour que le parquet soit adapté à la pièce ? Les réponses dans cet article.

Le parquet : l’essentiel à connaitre

Quand on parle de « parquet », toutes les essences de bois y passent. Des essences nobles comme le palissandre, le chêne, aux bois exotiques comme le teck, le merbau ou le wengé, toute la famille du bois peut couvrir le sol. La lame de bois admet en moyenne une épaisseur de 2,5 mm, parfois cela peut atteindre 6 mm.

Toutefois, le bois peut conserver son aspect brut, être poli ou même enduit d’une couche de protection ou de peinture. Cela modifiera grandement son aspect une fois les modifications faites.

En effet, la finition du bois peut être naturelle ou travaillée selon le rendu et le type de parquet recherché. Elle peut être teintée, stratifiée, vernie, huilée, blanchie, vitrifiée, cirée, etc. Chaque travail fait sur la lame de bois détermine en outre, son aspect esthétique et sa préservation sur la durée.

Différents types de parquet

Le parquet vitrifié résiste à l’usure du temps, à l’humidité et aux chocs grâce à l’imperméabilité du vitrificateur. En même temps, cette couche vitrée donne un aspect luisant si bien que le parquet parait tout le temps lustré même s’il y a de la poussière.

La finition huilée connait un succès fou actuellement du fait que la couche d’huile est non grasse et qu’elle donne un aspect très flatteur au bois. En effet ce rendu « non filmogène » est à la fois sobre et raffiné. De plus, ce procédé protège le bois convenablement.

Le bois peut être aussi être éclairci ou foncé selon les attentes esthétiques du décorateur. Notez toutefois que la teinte du bois impacte aura un effet visuel sur le volume de la pièce. Combinez-le parquet foncé aux murs blancs et le volume de la pièce se dessinera.

Quel parquet pour quelle pièce ?

Chaque finition est bonne pour une pièce donnée. Certaines pouvant être aussi passe-partout, mais d’autres moins. Pour le cas du parquet foncé, vous pourrez le poser en général dans toutes les pièces de la maison. On apprécie par exemple le chic et le style affirmé du parquet noir ou gris anthracite. Des pièces volumineuses comme les lofts iront bien avec cette finition.

Privilégiez le parquet vitrifié pour les pièces où le taux d’humidité est fort. Cela va du rez-de-chaussée à la salle de bains. En effet, le bois aura besoin de plus de protection pour éviter les auréoles de moisissures et sa détérioration dans le temps.

Par ailleurs, pensez au bois blanchi pour les pièces peu éclairées ou de petit volume. Mais ce modèle de parquet convient également aux pièces cosy qui empruntent une décoration épurée ou encore un style scandinave.

Quel type de parquet pour l’intérieur ?

En tombant sous le charme du bois, vous avez décidé de recouvrir de parquet toutes les pièces de votre maison ? La chaleur, la noblesse et l’ambiance cosy apportées par le bois n’a rien d’égal. L’intégration du bois chez soi confère une atmosphère zen, propice à la détente. Le choix de l’essence et de la finition est pourtant difficile, il influe sur l’aspect général de chaque pièce. Comment choisir un parquet pour une chambre, un couloir, une cuisine ou encore une salle de bains ?

Choisir un parquet pour la salle de bain

Le bois peut être bel et bien une option de revêtement de sol pour changer du carrelage. Que ce soit pour la cuisine ou la salle de bain, on a souvent tendance à choisir d’office des carreaux pour couvrir le sol, à cause des problèmes d’humidité. Pourtant, les essences exotiques comme le teck, le jatoba ou le wengé peuvent bien résister à l’eau et à la condensation. Choisissez les finitions de bois couverts de résine en mélamine pour renforcer la protection contre l’humidité. La qualité de la pose permet d’éviter les infiltrations d’eau. Choisissez une colle polyuréthane pour fixer les lames de bois.

Choisir un parquet pour la chambre

La chambre est sans doute la plus desservie dans la maison, les va-et-vient sont interminables. De ce fait, cette pièce réclame un parquet de bonne résistance. En massif ou stratifié, vous avez un embarras de choix d’essence. L’acacia, le chêne, le châtaigner, le noyer et le wengé sont en particulier des tendances du moment. La résistance du bois doit être renforcée par une couche protectrice si vous voulez le conserver intact au fil des années. Pour un effet lustré, vous pouvez ajouter une couche de vernis ou le vitrifier. Vous pourrez également le cirer ou l’huiler, mais cela dépendra davantage de vos envies.

Choisir un parquet pour la cuisine

Le parquet dans la cuisine donne une très belle impression, car c’est une option peu commune.

On ne peut pas pourtant éviter les questionnements en matière d’humidité et de condensation.

La solution est de choisir, comme pour la salle de bains, du bois exotique huilé afin de résoudre ces inconvénients. Les essences de bois dur et imputrescible sont recommandées, pourquoi pas du jatoba, du merbau ou du wengé ? Si vous êtes peu habitué à la chair de ces bois, le hêtre, le peuplier et le frêne sont également des options possibles. Pour une meilleure étanchéité, veillez sur la qualité de la pose, le choix de la colle (de préférence une colle polyuréthane) et du joint.

Choisir un parquet pour le couloir

Le bois peut également renvoyer une belle impression dès le hall d’entrée. Des lames de bois comme l’ipé, l’acacia, le jatoba, le hêtre, le chêne et le wengé s’accordent bien à ce choix d’esthétique. En même temps leur résistance est indispensable pour ce lieu de passage où l’usure du bois peut être rapide. Pensez donc aux lames épaisses, enduites de couches de protectrice et si possible, optez pour du parquet massif.

Réussir la pose de parquet : les différentes techniques

La pose de parquet suit une norme bien définie par le DTU ou Documents techniques utilisés. Les professionnels artisans qui réalisent ce travail doivent se référer à ce manuel pour chaque intervention.

C’est une obligation légale qui ne concerne pourtant pas les particuliers.Dans tous les cas, sachez qu’il y a différentes techniques possibles que vous pourrez emprunter afin de donner du cachet à votre parquet. Nous en parlons dans cet article.

Quelques recommandations préalables

Avant de commencer les travaux, il est important de suivre quelques recommandations. Dès la première pose, veillez à ce que la position des lames soit perpendiculaire à la fenêtre, ceci afin de faire réfléchir la lumière dans la pièce. Pour les pièces étriquées, commencez toujours par l’axe perpendiculaire du milieu de la fenêtre et ensuite continuez la pose des lames du côté droit vers le côté gauche de la pièce.

Conservez le bois dans la pièce plusieurs jours avant la pose pour l’adapter avec l’hygrométrie ambiante de l’espace. Lors de la pose, vous pouvez placer vos genoux sur les lames fixées pour plus d’aisance et d’efficacité.

La pose pour pièces humides

Pour assurer l’étanchéité, la résistance et la durabilité du parquet, aucune marge d’erreur n’est acceptée lorsqu’on fait la pose dans la salle de bain. Assurez-vous d’abord que les lames ont été enduites d’huile de lin afin de renforcer leur protection. N’utilisez qu’une colle et un joint de bonne facture surtout pour l’assemblage du pont de bateau.

La pose du pont de bateau nécessite une certaine habilité. La pose ne se fera que sur un sol propre, déshydraté et enduit de colle étanche. Pratiquez un épaulement de 5 mm sur toutes les longueurs de la lame pour joindre chaque pièce ensemble. Utilisez de préférence du joint souple en polymère noir pour assurer l’étanchéité du parquet.

La pose clouée

La pose clouée est aussi une technique difficile qui nécessite un peu d’expérience. Néanmoins, cette technique est souvent pratiquée pour les parquets stratifiés, contrecollés ou en dalles mosaïque. Deux types de support sont utilisés dans cette pratique à savoir les solives bois, ainsi que les lambourdes.

Le travail se fait comme suit, les lames sont disposées parallèlement et à la terminaison de la dernière lame sera fixée la lame qui commence la rangée suivante. Veillez aussi à ce qu’il ait un écart d’au moins vingt centimètres entre chaque rangée. Pour les lames qui longent les murs, il faut également placer des cales de 8 mm pour prévoir la dilatation et éviter ainsi la compression du bois qui peut être disgracieux au fil du temps. Sélectionnez soigneusement les lames, elles doivent être bien droites, le joint entre les rangées doit paraitre fin et non grossier.

La pose collée en plein

Cette technique est surtout utilisée pour les parquets massifs et les contrecollés épais. Avant la pose, veillez à ce que la surface soit plane et lisse. Appliquez la colle avec parcimonie sur le support en béton. Veillez également à délimiter un écart de 8 mm du mur avant de fixer la première rangée. Cette première rangée doit se situer sur la rainure du mur.

Un parquet propre et toujours intact : comment l’entretenir ?

Un parquet luisant, en parfait état, propre et nécessite un effort d’entretien. En effet, les chocs, les rayures, la poussière et même les tâches arrivent avec le temps. Ce qui rendra votre parquet moins attrayant. De bons équipements, un nettoyant adapté, une régularité et une bonne dose de motivation permettront d’assurer la propreté et la qualité de votre parquet à tout moment. Mais on n’appliquera pas les mêmes soins pour chaque parquet. Vitrifié, ciré ou huilé, à chaque finition de parquet sont soin approprié.

Comment entretenir un parquet ciré ?

Le problème du parquet ciré est qu’il est fragile, mais il est facile d’entretien. Nettoyez votre parquet à l’aide d’une éponge humide et vérifiez qu’il n’y a pas de tâches avant d’appliquer une couche de cire. Si tel est le cas, poncez d’abord la zone en question ou bien frottez-la avec un chiffon imprégné d’huile de lin. Si vous voulez que votre parquet brille, appliquez de l’huile de lin sur toute la surface du parquet avant de poser la cire blanche. Une fois sec, vous pouvez répartir une seconde fois de l’huile de lin sur le parquet. Vous constaterez qu’en frottant le parquet, il deviendra luisant.

Comment entretenir un parquet verni ou vitrifié ?

Ce type de parquet est enduit de deux couches de vernis spécial ou bien d’un vitrificateur. Cette matière épaisse permet de le protéger, de lui rendre un aspect brillant. Avec un bon entretien, ce parquet peut être préservé longtemps, un renouvellement de la vitrification ne se fera que dans 10 ans, voire 20 ans. Pour nettoyer le parquet, vous aurez besoin d’un aspirateur et d’une brosse sans métal adaptée au sol dur. Passez l’aspirateur et la brosser pour dépoussiérer la surface. Une fois cela fait, nettoyez le sol avec un linge humide. Parfois des crasses s’entassent et sont difficiles à enlever. Utilisez un shampooing pour parquet et un balai humide de type microfibre pour les enlever. En présence de tâches, appliquez de l’huile de lin ou du shampooing sur la zone affectée avant de la frotter au chiffon. Au bout de six, mois si vous constatez que le sol est moins luisant, appliquer un « polish spécial rénovation » pour parquet vitrifié. Le parquet retrouvera son éclat et par la même occasion, les rayures disparaitront.

Comment entretenir un parquet massif ?

Ne nettoyez pas le parquet massif avec n’importe quel équipement ménager. Un balai microfibre correspond le plus à ce type de sol. De temps en temps, nettoyez votre parquet avec un balai humidifié, frottez la surface avec du savon noir. À défaut, vous pouvez remplacer le savon noir par l’eau de cuisson de pomme de terre.

Comment entretenir un parquet huilé ?

Ce type de parquet ne nécessite pas beaucoup d’entretien. Il suffit d’enlever régulièrement la poussière avec un balai à franges humide et de frotter énergiquement la surface avec du savon noir s’il y a de la salissure. L’huile de bois doit être renouvelée chaque année. Mais avant de refaire l’application, il faut préalablement poncer le sol.